Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vidangeurs à embaucher et sur l’entretien de la canalisation d’une ville que je n’habite pas ; d’être juré et de juger un paysan qui a volé un jambon, et six heures durant d’écouter les bavardages des avocats et des procureurs, d’entendre le président du tribunal demander à ce vieil idiot d’Aliochka : « Reconnaissez-vous, monsieur l’accusé, avoir dérobé un jambon ? » — « Quoi ?… »

Constantin Lévine entraîné par son sujet représentait la scène entre le président et Aliochka, croyant que tout cela faisait partie de la discussion.

Mais Serge Ivanovitch haussa les épaules.

— Eh bien ! Alors que veux-tu dire ?

— Je veux dire que je défends toujours de toutes mes forces mes droits lorsque mes intérêts sont en jeu. Quand chez nous, chez les étudiants, on venait perquisitionner et que les gendarmes lisaient nos lettres, j’étais prêt à défendre de toutes mes forces mon droit à l’instruction et à la liberté. Je ne demande pas mieux que de discuter sur le service militaire parce que cette question touche au sort de mes enfants, de mes frères, de moi-même ; je m’intéresse en cela, à ce qui me concerne ; mais quant à m’occuper de la répartition des quarante mille roubles du zemstvo, quant à juger Aliochka l’idiot, ça je ne l’admets pas, je ne l’admettrai jamais.

Constantin Lévine parlait comme si la digue de ses paroles eût été rompue.