Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ivanovitch, et Lévine crut comprendre à son ton, qu’il ne lui reconnaissait pas le droit de parler philosophie. Il en fut froissé, et reprit en s’échauffant :

— Je pense que le mobile de nos actions est l’intérêt personnel. Or, moi, gentilhomme, dans les institutions des zemstvos, je ne vois rien qui augmente mon bien-être : les routes ne seront pas meilleures, d’ailleurs elles ne peuvent l’être, et puis mes chevaux me traîneront aussi bien sur les mauvaises routes ; je ne m’adresserai point au juge de paix ; les écoles non seulement ne me sont pas nécessaires, mais, comme je te le disais, elles me sont plutôt nuisibles. Pour moi, les institutions du zemstvo ont simplement comme conséquence de m’obliger à payer huit kopeks par déciatine, à aller en ville, à y coucher avec des punaises, à entendre des insanités et des grossièretés ; mais je n’y trouve aucun intérêt personnel.

— Mais permets, interrompit Serge Ivanovitch. Ce n’est pas l’intérêt personnel qui nous a poussés à travailler à l’émancipation des paysans, cependant nous l’avons fait.

— Pardon, reprit Lévine, s’animant de plus en plus, l’émancipation des paysans c’était une autre affaire. Il y avait là un intérêt personnel. Tous les honnêtes gens ont voulu secouer ce joug qui leur pesait. Mais c’est tout autre chose d’être conseiller municipal, de discuter sur le nombre des