Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et il s’écarta, en s’inclinant légèrement devant les dames qui, avec la maîtresse de la maison, s’approchaient de la table des hors-d’œuvre.

— On m’a dit que vous aviez tué un ours ? dit Kitty en s’efforçant vainement d’attraper, avec une fourchette, les champignons qui s’obstinaient à glisser et en secouant la dentelle qui laissait entrevoir sa main blanche.

— Est-ce qu’il y a des ours chez vous ? ajouta-t-elle tournant à demi vers lui sa charmante tête souriante.

Ses paroles paraissaient bien simples, néanmoins tandis qu’elle les prononçait, chaque son de sa voix, chaque mouvement de ses lèvres, de ses yeux, de sa main, revêtait pour lui une importance considérable. Il y avait en ses paroles une prière, un aveu de confiance, une caresse tendre et timide, une promesse, une espérance et une preuve d’amour évidente et qui l’étouffait de bonheur.

— Non, nous sommes allés, pour cela, dans le gouvernement de Tver. En revenant de là, j’ai rencontré, dans le train, votre beau-frère, ou plutôt le beau-frère de votre beau-frère, dit-il avec un sourire. Ce fut une rencontre très drôle.

Et gaiement, plaisamment, il raconta comment, ne pouvant dormir de la nuit, il était entré, en pelisse courte, dans le coupé d’Alexis Alexandrovitch.

— Le conducteur, en dépit du proverbe, me jugeant sur mon habit, voulut me mettre dehors ;