Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais alors je le pris de haut… vous aussi, d’ailleurs, dit-il, s’adressant à Karénine dont il avait oublié le nom. — En voyant ma pelisse courte, aviez-vous bonne envie de me chasser ? Cependant, vous avez pris mon parti, ce dont je vous suis très reconnaissant.

— En général, les droits des voyageurs au choix de leurs places sont très mal définis, dit Alexis Alexandrovitch en essuyant avec son mouchoir le bout de ses doigts.

— J’ai bien vu que vous étiez indécis sur mon compte, dit Lévine en souriant gaiement. Mais je me suis hâté d’entamer une conversation sérieuse pour faire oublier ma pelisse.

Serge Ivanovitch, tout en continuant de causer avec le maître de la maison, écoutait son frère d’une oreille et le regardait de côté, pensant : « D’où lui vient donc aujourd’hui cet air conquérant ? »

Il ne savait pas que Lévine se sentait pousser des ailes. Lévine savait qu’elle écoutait ses paroles, quelle prenait plaisir à l’écouter et rien en dehors de cela ne l’intéressait. Non seulement dans cette chambre, mais dans le monde entier, il n’y avait que lui-même et elle. Il avait la sensation de se trouver à une hauteur vertigineuse tandis qu’en bas, très loin, se trouvaient ce bon et charmant Karénine, Oblonskï et tout le reste de la société.

Tout tranquillement, sans avoir l’air d’y prendre garde, mais comme s’il n’y avait plus d’autre