Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


saisie de pitié à la vue de son visage désespéré. — Mais c’est horrible, horrible !

Il baissa la tête et se tut, il ne pouvait rien dire.

— Vous ne me pardonnerez pas ? murmura-t-il.

— Si, je pardonne ; mais c’est horrible !

Cependant son bonheur était si grand que cet événement ne le brisa pas, il lui donna seulement une nouvelle nuance. Elle lui pardonnait, mais il sentait grandir son indignité, il s’inclinait devant elle, moralement, encore plus bas ; il appréciait encore davantage son bonheur immérité.