Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/387

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVII

Tout en se remémorant les conversations qui avaient eu lieu pendant et après le dîner, Alexis Alexandrovitch regagna son hôtel. Les exhortations de Daria Alexandrovna au pardon n’avaient excité en lui que du dépit.

Qu’il tînt compte ou non de la loi chrétienne dans un cas aussi particulier que le sien, c’était là une question trop délicate pour qu’on pût en parler à la légère, depuis longtemps d’ailleurs lui-même l’avait résolue par la négative. De toutes les conversations de la soirée, Alexis Alexandrovitch n’avait retenu que les paroles de ce bon et naïf Tourovtzine : « Il a agi comme un brave, il a provoqué son rival en duel et l’a tué. »

C’était évidemment l’opinion générale et si tout le monde ne l’exprimait pas aussi nettement ce n’était que par pure politesse.