Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et je me suis lié avec un vieillard bien curieux ! Tu ne peux t’imaginer ; il est charmant !…

— Eh bien ! si tu es content de ta journée je le suis aussi de la mienne. Premièrement, j’ai résolu deux problèmes d’échecs dont l’un est très intéressant, il s’ouvre par les pions ; je te le montrerai ; et ensuite, j’ai réfléchi à notre conversation d’hier.

— Comment ? La conversation d’hier ? dit Lévine, les yeux à demi fermés ; il était essoufflé après le dîner, et incapable de se rappeler la discussion de la veille.

— Je trouve que tu as un peu raison. Notre désaccord tient à ce que toi tu prends comme mobile l’intérêt personnel, tandis que moi, j’estime que tout homme, arrivé à un certain degré intellectuel, ne doit viser que l’intérêt général. Il se peut que tu aies raison en disant que l’activité matérielle, intéressée personnellement, serait peut-être la plus désirable. En général, tu es une nature trop primesautière, comme disent les Français, tu veux l’activité énergique, passionnée, ou rien du tout.

Lévine écoutait son frère mais ne comprenait pas et ne cherchait pas à comprendre ce qu’il disait, il ne craignait qu’une chose, c’est que son frère ne lui posât une question ; car il aurait ainsi la preuve qu’il n’écoutait point.

— C’est ainsi, mon ami, dit Serge Ivanovitch en lui frappant l’épaule.

— Oui, sans doute, mais du reste je ne prétends