Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Vous ressemblez à une couveuse ! Daria Alexandrovna, lui dit-il.

— Que je suis heureuse de vous voir ! répondit celle-ci en lui tendant la main.

— Vous dites que vous êtes heureuse de me voir et pourtant vous ne m’avez pas informé de votre arrivée. Mon frère passe l’été avec moi : c’est par un mot de Stiva que j’ai su que vous étiez ici.

— De Stiva ? demanda étonnée Daria Alexandrovna.

— Oui, il m’a écrit que vous étiez installée ici, et il pense que vous me permettrez de vous aider le cas échéant ; mais tout à coup, Lévine parut embarrassé, il s’interrompit et marcha en silence près du breack arrachant sur son passage de petites branches de tilleul qu’il coupait avec ses dents. Sa gêne provenait de ce qu’il supposait que Daria Alexandrovna serait attristée de voir un étranger lui offrir l’aide qu’elle aurait dû trouver en son mari. En effet, Daria Alexandrovna n’aimait pas cette habitude de Stépan Arkadiévitch d’imposer à des tiers ses embarras domestiques, et elle comprit que Lévine l’avait deviné. Elle aimait précisément Lévine pour sa finesse de compréhension et son tact.

— J’ai bien compris que c’était une façon de dire que vous désiriez me voir et j’en suis très heureux. Je m’imagine que vous, qui êtes habituée à la ville devez trouver toute cette vie bien sau-