Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol16.djvu/87

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI

Vers le milieu du mois de juillet, Lévine vit arriver le starosta du domaine de sa sœur, situé à vingt verstes au-delà de Pokrovskoié ; celui-ci lui apportait son rapport sur la marche des affaires et sur la fenaison. Le principal revenu de ce domaine était fourni par les prairies, qu’autrefois les paysans affermaient à raison de vingt roubles par déciatine.

Lorsque Lévine prit en main l’administration de ces terres, il examina les prairies et se rendit compte qu’elles valaient davantage ; il porta alors le prix du fermage à vingt-cinq roubles par déciatine. Les paysans refusèrent de louer à ces conditions et, comme le soupçonna Lévine, détournèrent d’autres preneurs. Il fut contraint de s’y rendre en personne ; il donna l’ordre de diviser les prairies en deux parties : l’une serait fauchée