Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et la rapidité de conception qu’éprouvent les hommes avant la bataille, avant la lutte, dans les heures graves et décisives de leur vie, quand arrive le moment de montrer une fois pour toutes leur valeur, moment qu’a préparé tout le passé. Tout fondait entre ses mains, et il n’était pas encore minuit que tout était déjà si bien rangé, organisé, que leur chambre d’hôtel offrait l’aspect d’une de leurs chambres, à eux ; les lits étaient prêts, les brosses, les peignes, le miroir étaient installés, les serviettes préparées.

Lévine trouvait impardonnable de manger, de dormir, même de parler, et chacun de ses mouvements lui paraissait inconvenant. Elle, au contraire, rangeait ses brosses, mais de telle façon qu’il n’y avait à cela rien de choquant.

Cependant, ils ne purent manger et restèrent longtemps assis avant de se résoudre à se coucher.

— Je suis bien contente de l’avoir décidé à recevoir demain l’extrême-onction, dit Kitty assise en robe de chambre devant son miroir de voyage, et peignant ses cheveux souples et parfumés. Je n’ai jamais assisté à cette cérémonie, mais maman m’a raconté qu’on dit aussi des prières pour demander la guérison.

— Crois-tu donc qu’il puisse se rétablir, dit Lévine en regardant ses cheveux qui retombaient sur la nuque à chaque mouvement du peigne.

— J’ai questionné le docteur : il prétend qu’il ne