Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elles n’aigriront pas ; d’autant mieux qu’il n’y a plus de glace et qu’on ne saurait où les conserver, dit Kitty comprenant aussitôt l’intention de son mari et s’adressant à la vieille sur le même ton. En revanche maman dit qu’elle n’a jamais mangé d’aussi bonne marmelade que celle que vous faites, ajouta-t-elle, en ajustant le fichu de la vieille femme.

Agafia Mikhaïlovna regarda Kitty d’un air fâché.

— Ne me consolez pas, madame, dit-elle ; il me suffit de vous voir avec lui pour être contente.

— Venez avec nous chercher des champignons, vous nous montrerez les bons endroits.

Agafia Mikhaïlovna sourit et hocha la tête d’un air de dire : Je voudrais bien vous garder rancune, mais c’est impossible.

— Suivez mon conseil, dit la vieille princesse ; au-dessus de chaque pot mettez un rond de papier mouillé de rhum et vous n’aurez pas besoin de glace pour conserver la confiture.