Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/257

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



III

Kitty était particulièrement contente de se trouver un moment seule avec son mari car elle avait remarqué le mécontentement passager qui s’était traduit si vivement dans sa physionomie quand il était arrivé sur la terrasse et avait posé une question à laquelle on ne lui avait pas répondu. Ils prirent les devants sur la route poudreuse toute semée d’épis et de grains et quand ils furent hors de vue de la maison, elle s’appuya plus fortement sur son bras et le serra contre elle. Lévine avait déjà oublié l’impression pénible qu’il avait éprouvée et seul avec elle, obsédé par la pensée de sa grossesse qui ne le quittait pas d’un moment, il jouissait du sentiment pur, exempt de toute sensualité, et encore nouveau pour lui, de la présence de la femme aimée. Il n’avait rien à lui dire, mais il désirait entendre le son de sa voix, observer son regard