Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/341

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


boises et là-bas… Non, je ne peux pas te dire ce quelle a fait là-bas… Je regretterai toujours miss Elliot… Celle-ci n’observe rien, une vraie machine… Figure-toi que la petite…

Et Daria Alexandrovna raconta les méfaits de Macha.

— Cela ne prouve rien. Il ne s’agit pas de mauvaises habitudes, c’est tout simplement une gaminerie, dit Lévine pour la calmer.

— Mais qu’as-tu, toi ? tu as l’air ému. Qu’est-ce qui t’amène ici ?… Que s’est-il passé ?… demanda Dolly.

Au ton dont elle fit ces questions, Lévine sentit qu’il serait compris, et sa confidence lui devint plus facile.

— J’étais au jardin avec Kitty… Nous venons de nous quereller ; c’est la seconde fois depuis… l’arrivée de Stiva.

Dolly le regarda de ses yeux bons et intelligents.

— La main sur la conscience, dis-moi si ce monsieur a un ton qui puisse, non-seulement être désagréable, mais intolérable pour un mari ?

— Comment te dire… Reste dans le coin ! cria-t-elle à Macha qui ayant aperçu un léger sourire sur le visage de sa mère, s’était aussitôt retournée. — Selon les idées reçues dans le monde, il se conduit comme tous les jeunes gens : il fait la cour à une jeune et jolie femme, et son mari, homme du monde, doit en être flatté.