Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/356

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVII

Le cocher arrêta ses quatre chevaux et regarda à droite dans un champ de seigle où des paysans étaient assis près d’une charrette. Le garçon de bureau voulut descendre du siège, mais se ravisant il héla d’une voix impérieuse les paysans, et, en même temps, leur fit signe de la main. Le petit vent qui les avait accompagnés en route s’était apaisé ; des taons s’abattaient sur les chevaux en sueur qui les chassaient avec colère ; le bruit métallique du marteau frappant la faux qui arrivait de la charrette cessa.

Un des paysans se leva et s’approcha de la voiture.

— As-tu peur de te briser ! cria avec colère le garçon de bureau au paysan qui s’avançait lentement, les pieds nus sur la route sèche.

— Avance donc !