Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IV

« Ils viennent ! Les voilà ! Lequel ! Est-ce le plus jeune ? Et elle, ma chère, plus morte que vive ! » murmurait-on dans la foule quand Lévine, attendant sa fiancée près de la porte, entra avec elle dans l’église.

Stepan Arkadiévitch raconta à sa femme la cause du retard, et les invités, en souriant, se mirent à chuchoter entre eux. Lévine, lui, ne remarquait rien, ne voyait personne et ne quittait pas des yeux sa fiancée.

En général, on la trouva moins jolie que de coutume : sa couronne ne lui seyait point ; mais tel n’était pas l’avis de Lévine. Il regardait sa haute coiffure, son voile blanc, son bouquet blanc, son col attaché de côté d’une manière particulière, et échancré par devant, sa taille remarquablement fine, et il la trouvait plus jolie que jamais, et pour