Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/368

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


apercevant Vronskï et Veslovski venant à leur rencontre.

— Où logerez-vous la princesse ? demanda Vronskï à Anna ; et sans attendre sa réponse, il salua de nouveau Daria Alexandrovna et lui baisa la main. Dans la grande chambre à balcon, n’est-ce pas ?

— Oh non ! C’est trop loin ! Dans la chambre du coin, nous serons plus près l’une de l’autre. Eh bien, allons, dit Anna après avoir donné à son cheval favori le sucre que lui avait apporté le valet.

Et vous oubliez votre devoir, dit-elle à Veslovski qui sortait aussi sur le perron.

Pardon, j’en ai tout plein les poches, répondit-il en plongeant les doigts dans la poche de son gilet.

Mais vous venez trop tard, ajouta-t-elle, essuyant avec son mouchoir sa main que le cheval avait mouillée en y prenant le sucre. Puis elle s’adressa à Dolly :

— Tu es ici pour quelque temps ?… Pour un jour ? Pas possible !

— Je l’ai promis, à cause des enfants… dit Dolly confuse de son petit sac qu’il fallait retirer de la voiture et de la poussière dont elle se sentait le visage couvert.

— Non Dolly, ma chérie… Enfin nous en reparlerons. Allons.

Et Anna conduisit Dolly dans sa chambre.