Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/385

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rejoignit les dames et leur fit visiter l’hôpital.

À l’extérieur, les corniches n’étaient pas encore finies, et on peignait le rez-de-chaussée, mais l’étage supérieur était presque complètement terminé. Ils montèrent un large escalier de fonte et entrèrent dans une vaste salle aux murs recouverts de stuc, éclairée par d’immenses fenêtres. Seul le parquet de chêne n’était pas entièrement prêt, et les menuisiers, abandonnant leur travail, ôtèrent les cordes qui retenaient leurs cheveux, pour saluer les visiteurs.

— C’est la salle de réception, dit Vronskï. Il y aura là un bureau, une table, une armoire et rien de plus. Par ici. Allons, par ici !

— Ne t’approche pas des fenêtres ! dit Anna touchant du doigt la peinture pour voir si elle était sèche. — Tiens, c’est déjà sec, ajouta-t-elle.

De la salle de réception ils passèrent dans le couloir. Là Vronskï leur expliqua le nouveau système de ventilation, puis il leur montra les baignoires en marbre, les lits à sommier, et leur fit visiter l’une après l’autre les chambres, les pièces de débarras, la lingerie. Ensuite il leur fit voir un poêle d’un modèle nouveau, puis des fauteuils roulants ne faisant aucun bruit et beaucoup d’autres choses. Sviajski regardait tout en homme qui sait apprécier les perfectionnements. Dolly s’étonnait franchement de tout ce qu’elle voyait, posant de nombreuses questions, ce qui causait à Vronskï un plaisir évident.