Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Oui, je pense que cet hôpital sera le seul de son genre en Russie, remarqua Sviajski.

— N’y aura-t-il pas une salle d’accouchements ? demanda Dolly. C’est si nécessaire à la campagne. Mais, souvent…

Malgré sa politesse Vronskï l’interrompit :

— Ce n’est pas une maternité, c’est un hôpital destiné à toutes les maladies, sauf les maladies contagieuses. Tenez, regardez cela ! dit-il, roulant vers Anna le fauteuil qu’il avait fait venir pour les convalescents. Regardez. Il s’assit et fit rouler le fauteuil. Le malade ne peut pas marcher, il est encore faible ou il souffre des jambes, mais il lui faut de l’air, et il se promène ainsi.

Daria Alexandrovna s’intéressait à tout ; tout lui plaisait beaucoup, mais surtout Vronskï lui-même avec son enthousiasme naïf, simple.

« II est vraiment bon et charmant », pensa-t-elle plusieurs fois sans l’écouter mais le regardant, et pénétrant son expression, puis en pensée se reportant vers Anna. Il lui plaisait tant dans son animation qu’elle comprit qu’Anna ait pu l’aimer.