Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/395

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— C’est tout ce que j’ai pu faire, dit-elle en souriant à Anna lorsque celle-ci vint au devant d’elle après avoir revêtu une troisième toilette également très simple.

— Nous sommes très collet-monté ici, dit-elle pour excuser son élégance. Alexis est enchanté de ton arrivée, il est rarement content comme aujourd’hui. Je crois qu’il est amoureux de toi, ajouta-t-elle. Et toi, tu n’es pas fatiguée ?

On n’avait pas le temps de causer sérieusement avant le dîner.

Au salon elles trouvèrent déjà la princesse Barbe, les messieurs en redingote noire, et l’architecte en habit. Vronskï présenta à son invitée le docteur et l’intendant ; elle avait fait la connaissance de l’architecte en allant visiter l’hôpital. Le gros maître d’hôtel, à la face ronde toute rasée, en cravate blanche empesée, éblouissante, vint annoncer que le diner était servi et tous se levèrent. Vronskï pria Sviajski d’offrir son bras à Anna Arkadiévna et lui-même s’approcha de Dolly. Veslovski, prévenant Touchkévitch, offrit son bras à la princesse Barbe et Touchkévitch, le gérant et le docteur marchèrent seuls. Le dîner, la salle à manger, le service de table, les valets, les vins et les plats non seulement correspondaient au ton général de luxe de la maison, mais paraissaient encore plus nouveaux et plus luxueuxque tout le reste. Daria Alexandrovna observait en maîtresse de maison ce luxe nou-