Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/398

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


t-elle à Daria Alexandrovna. Nous venions de les voir quand nous t’avons rencontrée ; c’était la première fois que j’en voyais.

— Comment fonctionnent-elles ? demanda Dolly.

— Comme des ciseaux ; une planche et beaucoup de petits ciseaux. Comme cela.

Anna prit dans ses jolies mains blanches, couvertes de bagues, un couteau et une fourchette et essaya d’expliquer le fonctionnement d’une moissonneuse. Elle vit bien que son explication n’était pas claire, mais sachant qu’elle s’exprimait agréablement et que ses mains étaient jolies, elle la prolongea.

— Plutôt des canifs, dit Veslovski qui ne la quittait pas des yeux.

Anna esquissa un sourire, mais ne lui répondit pas.

— N’est-ce pas, Karl Féodorovitch, que la machine fonctionne comme des ciseaux ? dit-elle à l’intendant.

O ja, répondit l’Allemand. Es ist ein ganz einfaches Ding.

Et il se mit à expliquer le fonctionnement de la machine.

— C’est dommage qu’elle ne bottelle pas. J’ai vu à l’exposition de Vienne une machine qui bottelait, dit Sviajski. Voilà ce qui serait avantageux.

Es kommt drauf an… Der Preis von Draht muss ausgerechnet werden. Et l’Allemand tiré de