Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fermer les yeux sans voir Vassenka Veslovski courant sur le crocket-ground.

Mais pendant le jeu Daria Alexandrovna n’était pas gaie. Cette familiarité entre Anna et Veslovski lui déplaisait ainsi que leur façon de s’adonner à ce jeu puéril sans les enfants. Mais afin de ne pas déranger les autres et de passer le temps, après s’être un peu reposée elle retourna au jeu et feignit de s’en amuser.

Durant toute cette journée elle se faisait l’effet de jouer la comédie avec des acteurs, qui tous lui étaient supérieurs, et de gâter le spectacle par sa mauvaise exécution.

Elle était venue avec l’intention de rester deux jours si elle se trouvait bien, mais le soir même, pendant le jeu, elle décida de repartir le lendemain. Les pénibles soucis maternels qu’elle haïssait tant pendant la route, lui apparaissaient maintenant, après une journée d’éloignement, sous une autre couleur et l’attiraient.

Quand après le thé et une promenade en bateau Daria Alexandrovna rentra dans sa chambre, ôta sa robe et peigna pour la nuit sa maigre chevelure, elle éprouva un véritable soulagement à se retrouver seule. Il lui était même désagréable de penser qu’Anna allait venir. Elle eût préféré rester seule avec ses pensées.