Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI

Aussitôt introduits, Mikhaïlov jeta de nouveau un coup d’œil sur ses hôtes et se grava encore dans la mémoire l’expression du visage de Vronskï aux fortes pommettes. Bien que son sentiment artistique travaillât sans cesse et amassât des matériaux, bien qu’il se sentît de plus en plus ému, parce que le moment approchait où son travail allait être jugé, néanmoins, s’appuyant sur d’imperceptibles indices, il se faisait une idée fixe et exacte de ces trois personnages. L’un (Golinitchev) devait être un Russe fixé en Italie. Mikhaïlov ne se rappelait ni son nom, ni où il l’avait rencontré, ni ce qu’il lui avait dit, mais il se souvenait de son visage, comme de tous ceux qu’il voyait, il l’avait même déjà classé dans l’immense catégorie des physionomies pauvres d’expression, malgré leur faux air d’importance. Un front très découvert et