Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LAISSE LE FEU FLAMBER, TU NE POURRAIS L’ÉTEINDRE
(1885)

Alors Pierre, s’étant approché, lui dit : Seigneur ! combien de fois pardonnerai-je à mon frère lorsqu’il m’aura offensé ? Sera-ce jusqu’à sept fois ?

Jésus lui répondit : Je ne dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois.

C’est pourquoi ce qui arrive dans le royaume des cieux est comparé à ce que fit un roi qui voulut faire compte avec ses serviteurs.

Quand il eut commencé à compter, on lui en présenta un qui lui devait dix mille talents ; et parce qu’il n’avait pas de quoi payer, son maître commanda qu’il fût vendu, lui, sa femme et ses enfants, et tout ce qu’il avait, afin que la dette fût payée.

Et ce serviteur, se jetant à terre, le suppliait, en lui disant : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.

Alors le maître de ce serviteur, ému de compassion, le laissa aller, et lui quitta la dette.

Mais ce serviteur, étant sorti, rencontra un de ses compagnons de service qui lui devait cent deniers, et l’ayant saisi il l’étranglait en lui disant : Paye-moi ce que tu me dois.

Et son compagnon de service, se jetant à ses pieds, le