Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/215

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Le gérant s’esclaffa.

— C’est bon. Mais raconte en détail. Qui parle de la sorte ? Que dit Vassili ?

Le staroste n’aimait point parler mal de ses camarades, mais depuis longtemps il était brouillé avec Vassili.

— Vassili crie plus fort que les autres.

— Et que dit-il ? Parle donc !

— Je n’ose le répéter… Il dit qu’il n’échappera pas à la mort impénitente.

— Ah ! fort bien ! Mais qu’attend-il ? Pourquoi ne me tue-t-il pas ? Il a donc les bras trop courts ? C’est bien, Vassili, tu auras ton compte. Et Tichka, le chien, lui aussi, n’est-ce pas ?

— Tout le monde dit du mal.

— Mais qu’est-ce qu’on dit ?

— C’est mal de le répéter.

— Pourquoi mal ? Allons, du courage ! Parle.

— Ils disent : Que le ventre lui éclate et que toutes ses entrailles en sortent !

Michel Séménovitch devint tout à fait joyeux et éclata de rire.

— Nous verrons quelles entrailles sortiront les premières. Qui est-ce qui a dit cela ? Tichka ?

— Mais personne ne dit de bien. Tous disent du mal et menacent.

— Eh bien ! Et Pierre Mikheev, que dit-il ? Il me maudit aussi, ce galeux ?

— Non, Michel Séménovitch, Pierre ne maudit pas.