Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

Le quatrième jour commençaient les fêtes de Saint-Pierre et Paul.

Elisée pensa : « Je vais leur acheter de quoi se régaler, je festoierai avec eux, et le soir je partirai. »

Il retourna au village acheter du lait, de la farine bien blanche, de la graisse. Il cuisina, fit des pâtisseries avec la vieille. Le matin il alla à la messe et, à son retour, le régal commença. Ce jour-là la femme se leva et marcha. Le paysan se fit la barbe, mit une chemise propre que lui avait lavée la vieille, et se rendit au village, pour demander un service à un riche paysan, auquel il avait engagé son pré et son champ. Il était allé le prier de lui rendre ses terres avant les travaux. Le paysan rentra dans la soirée, bien triste, et se mit à pleurer. Le riche paysan avait refusé : « Apporte d’abord l’argent ! » avait-il dit.