Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/336

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Je leur ai dit : « Où donc est votre vache ? » Ils m’ont répondu : « L’intendant de Tarass le Ventru est venu, a donné à maman trois rondelles d’or, et elle lui a donné la vache, et nous n’avons plus de quoi boire. » Moi qui m’imaginais que tu allais t’amuser avec ces rondelles d’or, et voilà que tu as pris la vache aux enfants. Je ne t’en donnerai plus.

L’imbécile s’obstina et ne donna rien. Les deux frères s’en revinrent comme ils étaient venus. Tout en marchant, ils s’entretiennent des moyens de se tirer d’embarrras. Et Simon dit :

— Écoute ; voilà ce que nous allons faire : toi, tu me donneras de l’argent pour nourrir mes soldats ; moi, je te donnerai la moitié de mon royaume et des soldats pour garder ton argent.

Tarass accepta. Les frères partagèrent et tous deux furent tzars et tous deux riches.