Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/337

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VIII

Ivan, resté à la maison, nourrissait ses père et mère et travaillait dans les champs avec la fille muette.

Un jour, le vieux chien de garde d’Ivan tomba malade ; il se mourait. Ivan eut pitié de lui. Il demanda du pain à la muette, le mit dans son bonnet et sortit pour le jeter au chien. Mais son bonnet avait un trou et une petite racine en tomba avec le pain. Le vieux chien l’avala avec le pain. Et dès qu’il eut avalé la racine, il se leva vivement, se mit à jouer, à aboyer, à remuer la queue : il était tout à fait guéri.

Le père et la mère, témoins de ce qui s’était passé, s’en étonnèrent.

— Comment as-tu guéri le chien ? demandèrent-ils.

— J’avais deux petites racines qui guérissaient