Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/339

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tu as eu pitié ? Et de la fille du tzar tu n’as pas pitié ?

Ivan eut pitié aussi de la fille du tzar. Il attela un cheval, mit de la paille dans la charrette et monta sur le siège.

— Mais où vas-tu donc, imbécile ?

— Soigner la fille du tzar.

— Puisque tu n’as plus le remède ?

— Cela ne fait rien, dit-il.

Et il fouetta son cheval. Il arriva à la cour. À peine avait-il gravi le perron du tzar que sa fille était guérie. Le tzar était dans la joie. Il manda Ivan, le fit habiller richement et lui dit :

— Tu vas devenir mon gendre.

— Soit ! dit-il.

Et Ivan épousa la fille du tzar.

Le tzar mourut peu après et ce fut Ivan qui lui succéda.

Voilà comment les trois frères devinrent tzars.