Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/348

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XI

En ayant ainsi terminé avec les deux frères, le vieux diable partit chez Ivan. Sous la forme d’un général, il vint persuader à Ivan d’organiser une armée dans son royaume.

— Un tzar ne saurait vivre sans armée, dit-il. Laisse-moi faire, et avec ton peuple je recruterai des soldats et t’organiserai une armée.

Ivan l’écouta.

— Soit ! dit-il. Fais ; et apprends-leur à chanter de jolies chansons, cela me plaît.

Le vieux diable partit donc en tournée dans le royaume d’Ivan, en faisant appel aux volontaires. Il déclara que tout le monde serait accueilli et que chacun recevrait une mesure d’eau-de-vie et un bonnet rouge.

Les imbéciles se mirent à rire :

— Nous avons de l’eau-de-vie tant que nous en