Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/359

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alors, Ivan fit savoir dans tout son royaume qu’il était arrivé un monsieur bien mis qui apprendrait à tous à travailler avec la tête, qu’on fait plus de besogne avec la tête qu’avec les mains ; et que chacun devait venir s’instruire.

Dans le royaume d’Ivan, il y avait une très haute tour, avec une échelle toute droite le long du mur, et une plate-forme au sommet. Ivan y fit monter le beau monsieur, afin que tout le monde le vît. Le monsieur se plaça tout en haut et commença à parler. Les imbéciles le regardaient. Ils croyaient que ce monsieur allait leur montrer réellement comment on travaille sans les mains, avec la tête, seule ; alors que le vieux diable enseignait seulement en paroles comment on peut vivre sans travailler.

Les imbéciles n’y comprirent rien. Ils regardèrent longtemps, puis chacun s’en retourna à ses affaires. Le vieux diable resta sur la tour, un jour, puis un autre, parlant sans cesse. Mais voilà qu’il eut faim. Les imbéciles n’avaient pas eu l’idée de lui monter du pain. Ils pensaient que, travaillant mieux avec la tête qu’avec les mains, ce serait pour lui un jeu que de faire du pain.

Un jour se passe encore ; le vieux diable au sommet de la tour ne cessait de discourir. Et les gens s’approchaient l’un après l’autre, regardaient, regardaient, puis s’en allaient.

— Eh bien ! demandait Ivan, ce monsieur a-t-il commencé à travailler avec sa tête ?