Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/358

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


béciles ? répondit Ivan. Nous, c’est avec les mains et l’échine que nous travaillons.

— Parce que vous êtes des imbéciles. Mais moi, je vais vous apprendre à travailler avec la tête. Vous verrez alors que cette manière est préférable à l’autre.

— Comment ! fit Ivan étonné. Ah ! ce n’est pas sans raison qu’on nous appelle des imbéciles.

— Seulement, dit le vieux diable, ce n’est pas facile de travailler avec la tête. Vous me refusez à manger parce que je n’ai pas les mains calleuses, mais vous ignorez qu’il est cent fois plus difficile de travailler avec la tête. Il arrive parfois que la tête craque.

Ivan resta songeur :

— Pourquoi donc, l’ami, te donner tant de peine ? Ce n’est pas bon quand la tête craque. En ce cas, le travail facile, avec les mains et l’échine, te vaudrait mieux.

— Si je me donne tant de peine, fit le vieux diable, c’est justement parce que j’ai pitié de vous autres, imbéciles. Sans moi, vous resteriez des imbéciles. Mais moi qui travaille avec la tête, je vais vous apprendre à faire comme moi.

Ivan s’étonna :

— Apprends ! apprends ! dit-il. Les mains finissent par se lasser, alors on pourra changer, on pourra travailler avec la tête.

Le diable promit de les instruire.