Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/381

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Dis-moi encore deux choses, fit le tzar. D’abord pourquoi ce grain poussait-il autrefois et ne pousse-t-il plus maintenant ? Ensuite pourquoi ton petit-fils marche-t-il avec deux béquilles, ton fils sur une seule, et pourquoi toi-même es-tu si valide ? Tes yeux sont bons, tes dents solides, tes paroles nettes et affables. Dis-moi pourquoi, grand’père ?

Le vieillard répondit :

— Parce que les gens ont cessé de vivre de leur propre travail et aiment mieux faire travailler les autres. Il n’en était pas de même dans l’ancien temps ; autrefois, on vivait d’après la loi de Dieu ; on se contentait du nécessaire, sans jalouser personne.