Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VI

Pendant qu’ils discutaient ainsi, tout à coup parut un homme coiffé d’un bonnet en peau de renard. Tous se turent et se levèrent :

— C’est le chef, fit l’interprète.

Pakhom prit aussitôt la plus belle robe et la présenta au chef ainsi que cinq livres de thé. Le chef accepta et se mit à la première place. Sans plus attendre, les Baschkirs exposèrent de quoi il s’agissait. Le chef écoute, écoute ; de la tête il leur fait signe de se taire, et se met à parler russe avec Pakhom.

— Il y a beaucoup de terre, prends ce que tu voudras, dit-il.

« Prendre autant que je veux, pensait Pakhom. Il faut passer un acte, car autrement, on dira : « C’est à toi, » puis on le reprendra. »

Et il répondit au chef :