Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


beaucoup plus tard qu’on se les rappelle et qu’on les regrette comme la fleur qu’on n’a pas su conserver, qu’on a arrachée avant qu’elle soit épanouie, et que, fanée, on a jetée à terre et piétinée…

Moi qui à l’instant même venais de dire à mon ami Dmitri combien l’argent gâtait les relations, le lendemain matin, avant notre départ à la campagne, quand je constatai que j’avais dépensé mon argent à des achats de tableaux et de pipes, je lui empruntai pour mon voyage vingt-cinq roubles qu’il m’offrit, et que je lui dus assez longtemps.