Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fume pas, ne boit pas, — expliqua Iakov — et il est pire que n’importe quel ivrogne. Il n’y a qu’un remède : l’envoyer au régiment ou en Sibérie, il n’y a plus rien à faire, toute cette race des Koziol est la même, Matruchka, qui demeure dans la cour des seigneurs, est de leur famille, et c’est un pareil vaurien. Alors vous n’avez pas besoin de moi, Votre Excellence ? — ajouta le gérant, en remarquant que le maître ne l’écoutait pas.

— Non, va, — répondit distraitement Nekhludov en se dirigeant vers le logis de Davidka Bielï.

L’izba de Davidka était penchée et isolée à l’extrémité du village. Près d’elle il n’y avait ni cour, ni aire, ni hangar, mais seulement quelques mauvaises étables étaient groupées d’un côté ; de l’autre côté étaient amassées des broutilles et du bois. Une mauvaise herbe verte et haute couvrait l’endroit qui jadis était la cour. Près de l’izba il n’y avait qu’un porc qui, vautré dans la boue, grognait près du seuil.

Nekhludov frappa à la fenêtre brisée, mais comme personne ne répondit, il s’approcha de la porte et cria : « Patron ! « mais on ne répondit pas davantage. Il passa le seuil, jeta un coup d’œil dans les étables vides et rentra dans l’izba ouverte. Un vieux coq rouge et deux poules, en remuant leurs colliers, marchaient sur le sol et sur les bancs qu’ils frappaient à coups d’ongles. En apercevant quelqu’un,