Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rables. On dira : la première est morte de faim et la mienne aura le même sort. Qui voudra ? — ajouta-t-elle en hochant la tête avec méfiance. — Jugez vous-même, Votre Excellence.

— Alors que puis-je faire ?

— Songe à nous, père ! — répéta Arina d’un ton convaincu. — Que devons nous faire ?

— Mais que puis-je ? Dans ce cas je ne puis rien faire pour vous.

— Qui donc veillera à nous, sinon toi ? — dit Arina en baissant la tête et en écartant les bras avec une expression de tristesse et d’abattement.

— Voilà, vous avez demandé du blé, alors, je donnerai l’ordre de vous en envoyer — dit le maître après un court silence pendant lequel Arina soupirait et Davidka après elle — mais je ne puis rien faire de plus.

Nekhludov sortit dans le corridor. La mère et le fils, en saluant, sortirent derrière le maître.