Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/386

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVI


— Je voulais vous demander quelque chose au sujet de mes garçons, Votre Excellence — dit le vieillard, — ne s’apercevant pas ou feignant de ne pas s’apercevoir de l’air fâché du maître.

— Quoi ?

— Voilà, grâce à Dieu nous avons d’assez bons chevaux, et il y a un ouvrier, alors nous paierons régulièrement la corvée.

— Eh bien ! Quoi ?

— Mais si vous avez la bienveillance de laisser mes enfants sous la condition de vous payer une redevance, alors Ilia et Ignate, pour tout l’été, travailleraient comme voituriers avec trois troïkas, peut-être gagneraient-ils quelque chose.

— Mais où iront-ils ?

— Mais où il faudra — intervint dans la conversation Iluchka, qui, après avoir attaché les chevaux sous l’auvent à ce moment s’approchait du père.