Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol2.djvu/390

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


femme de Karp, les gros bras nus jusqu’au dessus des coudes, coupait des oignons devant le poêle, dans une écuelle en bois. Une femme marquée de la petite vérole, enceinte et se cachant de sa manche, était près du poêle. L’izba était chaude non seulement à cause du soleil, mais à cause du poêle ; et il y régnait une forte odeur de pain frais. Des soupentes, les petites têtes blondes de deux gamins et d’une fillette, installés là, en attendant le dîner, avec curiosité regardaient en bas vers le maître.

Nekhludov était joyeux de voir toute cette aisance, et en même temps un peu honteux devant les femmes et les enfants, qui tous le regardaient. Il s’assit sur le banc en rougissant.

— Donne-moi un morceau de pain frais, je l’aime — dit-il en rougissant davantage.

La femme de Karp coupa un grand morceau de pain et le donna au maître sur une assiette. Nekhludov se tut, ne sachant que dire. Les femmes se taisaient aussi, le vieux souriait doucement.

« Mais pourquoi ai-je honte, comme si j’étais coupable en quelque chose ? » pensa Nekhludov. « Pourquoi ne ferais-je pas la proposition sur la ferme ? Quelle sottise ! » Cependant il se taisait toujours.

— Eh bien ! Notre père Mitri Mikolaïevitch. Alors que direz-vous de nos enfants ? — dit le vieillard.

— Mais je te conseillerais de ne pas les laisser partir et de leur trouver du travail ici — prononça Nekhludov, en se ressaisissant — sais-tu ce que