Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol20.djvu/189

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX

Article ier. — De la divine Providence en général.


§ 96. Sous le nom de Providence divine, on a de toute antiquité compris le soin que Dieu prend de tous les êtres de l’univers, ou, comme l’exprime plus en détail le grand Catéchisme chrétien : « La divine Providence c’est cette action continuelle de la toute-puissance, de la sagesse et de la bonté divines, par laquelle Dieu conserve aux créatures leur existence et leurs forces, les dirige à de bonnes fins, favorise tout ce qui est bien, mais arrête ou corrige et fait tourner au bien ce qui, pour s’en être éloigné, est un mal ».

Ainsi, dans l’idée générale de la divine Providence on distingue trois actes particuliers : la conservation, la coopération ou l’assistance, et le gouvernement ou la direction. La conservation des créatures, c’est cette action divine par laquelle le Tout-Puissant maintient l’existence, soit au monde en son entier, soit à chacun des êtres qui le composent, avec ses forces, ses lois et son activité.

La coopération ou l’assistance, c’est cette action divine par laquelle l’Être tout bon, en laissant aux créatures l’usage de leurs facultés et de leurs lois, leur vient en même temps en aide et leur prête force pendant leur