Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


c’est la lumière de l’entendement. Comment donc puis-je douter de l’entendement et l’éprouver ?

C’est pourquoi je ne puis travailler pour personne ; je ne puis travailler que pour la conscience de la vie, pour ce qui est la vie elle-même. Je respecte l’entendement seul et sers lui seul.

Outre la signification intérieure de ce passage relativement au développement de sa doctrine, en Jésus-Christ lui-même, il tend aussi à expliquer dans la conscience de Jésus-Christ, Dieu comme entendement. Au commencement de la tentation, Jésus-Christ parle du Dieu des Israélites créateur de tout, de Dieu personne distincte de l’homme, de Dieu principalement charnel.

Peux-tu faire le pain ? demande le tentateur, et Christ, en répondant, dit déjà, bien que pas clairement, que Dieu n’est pas exclusivement Dieu de la chair, que l’homme ne vit pas de pain seul, mais par Dieu.

Les paroles : jette-toi en bas, ou : si l’on peut se priver de pain, l’on peut aussi se priver de la vie, expriment le doute que la vie même est de Dieu. La vie n’est pas de Dieu, mais en mon pouvoir. Et Christ répond : Tout est en mon pouvoir, excepté la vie, parce que la vie même est de Dieu. La vie c’est la manifestation de Dieu. La vie est en Dieu.

Ici, avec un autre sens que dans l’introduction est résumée la même pensée que la vie c’est la lumière de l’homme, que la lumière c’est l’enten-