Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jean, i, 35. Le lendemain, Jean, étant encore là avec deux de ses disciples,
36. et voyant Jésus qui marchait, dit : Voilà l’agneau de Dieu.
Et Jean voyant de nouveau Jésus 1), dit de lui : C’est l’agneau de Dieu.

Remarques.

1) Ἐμβλεψας τῷ Ἰησοῦ περιπατοῦντι, ayant vu Jésus qui marchait. Il faut comprendre que Jean vit de nouveau Jésus comme celui-ci allait en Galilée. Le mot πάλιν l’indique. Chez Jean l’Évangéliste, ces événements mêmes sont racontés très brièvement. Toutefois cela ne prouve point qu’il ne se passa que ce qui fut dit. Cela peut être comme le récit connu d’un événement duquel un conteur ne répéterait que les traits saillants et mémorables. Il est évident que Jésus, rencontrant Jean, cause avec lui ; et la conversation terminée, Jean dit : C’est l’agneau réservé à Dieu. Ces paroles expriment nettement ce qu’avait dit Jean.


Καὶ ἤϰουσαν οἱ δύο μαθηταί αὐτοῦ λαλοῦντος, ϰαὶ ἠϰολούθησαν τῷ Ἰησοῦ.

Στραφείς δὲ ὁ Ἰησοῦς, ϰαὶ θεασάμενος αὐτοῦς ἀϰολουθοῦντας, λέγει αὐτοῖς. Τὶ ζητεῖτε ; Οἱ δὲ εἶπον αὐτῷ. Ῥαββεί (ὅ λέγεται ἑρμηνευόμενον, Διδάσϰαλε, ποῦ μένεις ;


Jean, i, 37. Et ses deux disciples, l’ayant ouï parler ainsi, suivirent Jésus. Deux des disciples de Jean, ayant entendu ces paroles, suivirent Jésus.
38. Jésus, s’étant retourné, et voyant qu’ils le suivaient, Jésus, s’étant retourné, s’aperçut qu’ils le suivaient