Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/294

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et Jésus répond : Vous seuls pouvez comprendre le royaume de Dieu, comme les grains tombés sur une bonne terre ; mais les autres, comme les grains qui se perdent, ne le peuvent pas. À vous, comme au grain dans une bonne terre, il est permis de vous accroître, tandis qu’aux autres est ôtée cette vie même, qui, semblait-il, existait en eux ; de même que disparaît le grain tombé sur la route, parmi les pierres ou parmi les mauvaises herbes.

C’est ce que je dis dans les similitudes, parce qu’ils ne voient pas et ne comprennent pas leur bonheur. Ils sont semblables à ces hommes dont parle Ésaïe, et que Dieu a punis parce qu’ils regardent et ne voient point, écoutent et n’entendent point. Le cœur de ces hommes s’est engraissé, c’est pourquoi ils ne comprennent pas ce qui est devant eux. Vous êtes heureux, vous comprenez.

Telle est la signification extérieure de la parabole. Mais le sens caché est tout autre. Et Jésus explique ce sens caché.

Le sens extérieur de la parabole est celui que pour Dieu les uns sont prédestinés à la mort et les autres à la vie. Le sens caché est qu’il n’y a aucune prédestination mais que chacun peut retenir l’entendement et l’acquérir en abondance.

Le grain tombé sur la route, c’est l’indifférence, le mépris pour l’entendement. C’est pourquoi Jésus met en garde contre l’indifférence et le mépris et