Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/293

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


richesses étouffent la parole, et elle devient infructueuse. chesse étouffent la doctrine et elle ne porte pas de fruits.
23. Mais celui qui a reçu la semence dans une bonne terre, c’est celui qui entend la parole, et qui la comprend, et qui porte du fruit ; en sorte qu’un grain en produit cent, un autre soixante, et un autre trente. Et ce grain qui est tombé dans la bonne terre, c’est celui qui comprend la doctrine et la reçoit dans son cœur, et qui produit tantôt cent fois plus, tantôt cinquante, tantôt trente.
Luc, viii 18. (Matth., xiii, 12). Prenez donc garde de quelle manière vous écoutez ; car on donnera à celui qui a déjà, mais pour celui qui n’a pas, on lui ôtera même ce qu’il croit avoir. Maintenant examinez comment vous comprenez. À celui qui tient 3) la doctrine se donne ; et à celui qui ne tient pas, on la lui reprend  4).

Remarques.

1) οὖν se traduit par maintenant, et ici, a précisément ce sens.

2) Dans plusieurs manuscrits on trouve ἀγάπη, c’est-à-dire l’amour, ce qui est plus clair, plus simple et plus exact.

3) ἔχειν, tenir. Cette expression est de forme proverbiale, et peut se rapporter à un seau ou à un sac : « Dans un sac solide ça tient, dans un mauvais ça tombe ».

4) Je prends ce verset chez Matthieu et Luc, où il est rédigé de la même façon.


Les disciples demandent : Pourquoi nous racontes-tu ces similitudes, et que veux-tu dire par là ?