Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/371

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


creuse une fosse, et ne la couvre point, et qu’il y tombe un bœuf ou un âne,

34. le maître de la fosse lui en fera satisfaction, et rendra l’argent à leur maître ; mais ce qui est mort sera pour lui.

35. Et si le bœuf de quelqu’un blesse le bœuf de son prochain, et qu’il en meure, ils vendront le bœuf vivant, et ils en partageront l’argent, et ils partageront le mort.

36. Mais s’il est notoire que le bœuf avait auparavant accoutumé de heurter de sa corne, et que le maître ne l’ait point gardé, il restituera bœuf pour bœuf ; mais le bœuf mort sera pour lui.

xxii. 1. Si quelqu’un dérobe un bœuf ou un agneau, et qu’il le tue, ou qu’il le vende, il restituera cinq bœufs pour le bœuf, quatre agneaux pour l’agneau.

2. (Si le larron est trouvé perçant, et est frappé de mort, celui qui l’aura frappé ne sera point coupable de meurtre.

3. Mais si le soleil est levé sur lui, il sera coupable de meurtre). Il fera donc une entière restitution ; et s’il n’a pas de quoi, il sera vendu pour son larcin.

4. Si ce qui est dérobé est trouvé vivant entre ses mains, soit bœuf, soit âne, soit menue bête, il rendra le double.

5. Si quelqu’un fait du dégât dans un champ ou dans une vigne, en lâchant sa bête qui paisse dans le champ d’autrui, il rendra du meilleur de son champ et du meilleur de sa vigne.

6. Si le feu sort, et qu’il trouve des épines, et que le blé qui est en tas, ou celui qui est sur la plante, ou le champ, soit consumé, celui qui aura allumé le feu rendra entièrement ce qui en aura été brûlé.

7. Si quelqu’un donne à son prochain de l’argent ou des vaisseaux à garder, et qu’on les dérobe et enlève de sa maison, si l’on découvre le larron, il rendra le double.

8. Mais si le larron ne se trouve point, on fera venir