Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/439

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


désires te livrer à la débauche, donne la liberté à la femme.

« Et moi je vous dis : si tu abandonnes ta femme, outre que tu es un débauché, tu la pousses à la débauche ainsi que l’homme qui s’unira à elle. Si tu vis avec ta femme et deviens amoureux d’une autre femme, tu as déjà commis l’adultère, et tu mérites qu’on t’inflige tout ce que l’on inflige à l’adultère. Sous la même menace, par laquelle les pharisiens et les scribes interdisent l’adultère, j’interdis de s’éprendre d’une femme, et je l’interdis parce que toute débauche perd l’âme. De sorte qu’il vaut mieux pour toi renoncer à la vie charnelle que perdre la vie.

« Voici donc le deuxième précepte : Satisfais ton désir charnel uniquement avec ta femme, et ne pense pas que l’amour de la femme soit une bonne action.

« Voici le troisième précepte : Les pharisiens et les scribes disent : Ne prononce pas en vain le nom de ton seigneur Dieu, car Dieu ne laissera pas impuni celui qui prononcera son nom en vain. Autrement dit n’invoque pas Dieu dans le mensonge. Et encore : « N’invoque pas mon nom dans le mensonge et ne déshonore pas le nom de ton Dieu. Je suis le Seigneur (Votre Dieu) » ; c’est-à-dire ne jurez pas par moi dans le mensonge de façon à blasphémer votre Dieu.

« Et moi je dis que tout serment est un blas-