Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/438

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


loi, n’est pas plus grande que celle des pharisiens et des scribes, vous ne vous unissez pas à Dieu.

« Et voici ces préceptes :

« Le premier précepte : Si un homme tue un autre, il faut le juger et lui infliger un châtiment, telle est la justice des scribes et des pharisiens.

« Et moi, j’enseigne que de se mettre en colère contre son frère est aussi mal que de le tuer. J’interdis la colère contre un frère sous la même menace par laquelle les pharisiens et les scribes interdisent le meurtre. Insulter son frère est encore pire, et je l’interdis sous la menace encore plus grande. Et maltraiter son frère est pis encore, et je l’interdis encore plus sévèrement.

« Voici pourquoi je l’interdis : vous considérez qu’il est nécessaire pour Dieu, d’aller dans le temple faire des sacrifices. Vous allez faire des sacrifices. Sachez donc que la paix, la concorde, l’amour sont bien plus importants que les sacrifices, que vous trouvez importants, et que vous ne pouvez ni prier Dieu, ni penser à lui s’il existe un seul homme avec qui vous soyez en désaccord.

« Voici donc le premier précepte : Ne vous mettez pas en colère, ne vous injuriez point, et s’il vous arrive d’injurier quelqu’un, réconciliez-vous et pardonnez toutes les offenses qui vous ont été faites.

« Le deuxième précepte est le suivant : Les pharisiens et les scribes disent : Si tu commets l’adultère, il faut te tuer ainsi que la femme ; et si tu