Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tion envers l’entendement, les hommes pouvaient avoir la vraie vie (Jean, i, 12, 13).

Mais les hommes ne l’ont pas compris, et la vie dans le monde était comme la lumière dans les ténèbres. Dieu, le commencement de tout commencement, personne ne l’a jamais connu ni ne le connaîtra ; ce n’est que la vie dans l’entendement qui indique le chemin vers lui (Jean, i, 18).

Mais voilà que Jésus-Christ vivant parmi nous a manifesté l’entendement en chair, en cela que la vie est provenue de l’entendement et qu’elle est pareille à lui, de même que le fils provient de son père, et lui est pareil. En regardant sa vie nous avons compris la doctrine absolue du culte de Dieu par les actes, et à cause de sa perfection, nous avons compris le nouveau culte, au lieu de l’ancien. Moïse a donné la loi, mais le culte par les actes nous est donné par la vie de Jésus-Christ. Personne n’a vu Dieu et ne le verra jamais, ce n’est que le fils de Dieu en l’homme qui indique le chemin vers Lui.