Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pête, qui s’apaisèrent ; et il se fit un grand calme. vous peur et avez-vous si peu de foi ; puis il parla avec autorité, au vent et aux ondes, et la tempête s’apaisa.
25. Alors il leur dit : Où est votre foi ? Alors il leur dit : Où est votre foi 1) ?

Remarques.

1) Jésus ne montre aucune peur devant le danger. Il dort tandis que la tempête harcèle la barque et menace de la renverser. Quand ses disciples l’éveillent et lui disent qu’ils vont périr, il s’étonne et leur fait des reproches. Ils prétendent croire à la vraie vie en dehors du temps et de l’espace et, à la première occasion, par leur terreur des malheurs de cette terre, ils montrent qu’ils ne croient pas en cette vie. De même que les soucis concernant les funérailles de nos parents, les ordres de la maison, les relations familiales, les rapports sociaux ne peuvent avoir d’action sur la vie de l’esprit, de même les dangers de la mort terrestre, et la mort terrestre elle-même, ne peuvent empêcher la vie de l’esprit. Et Jésus dort, et, réveillé, il reste aussi calme.


Μὴ οὖν μεριμνήσητε εἰς τὴν αὔριον· ἡ γὰρ αὔριον μεριμνήσει τὰ ἑαυτῆς ἀρϰετόν τὴ ἡμέρα ἡ ϰαϰία αὐτῆς.


Matthieu, vi, 34. Ne soyez donc point en souci pour le lendemain ; car le lendemain aura soin de ce qui le regarde. À chaque jour suffit sa peine. Ne vous souciez donc point de l’avenir 1), pour le présent il y a assez de mal 2).