Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Remarques.

1) Dans plusieurs copies on a omis : le lendemain aura soin de ce qui le regarde (Grisbach).

2) Ce verset se retrouve dans le chapitre iv (le Sermon sur la montagne).


Εἶπε δὲ πρὸς ἔτερον, Ἀϰολούθει μοι· ὁ δὲ Κύριε ἐπίτρεψόν μοι ἀπελθόντι πρῶτον θάψαι τὸν πατέρα μου.

Εἶπε δὲ αὐτῷ ὁ Ἰησοῦς, Ἄφες τοὺς νεϰρούς θάψαι τοὺς ἑαυτῶν νεϰρούς. σύ δὲ ἀπελθών διάγγελλε τὴν βασιλείαν τοῦ Θεοῦ.


Luc, ix, 59. Il dit à un autre : Suis-moi. Et il lui répondit : Seigneur ! permets que j’aille auparavant ensevelir mon père. Et à un autre, Jésus dit : Suis-moi. Et celui-ci lui répondit : permets-moi auparavant d’ensevelir mon père.
60. Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir leurs morts ; mais toi, va annoncer le règne de Dieu. Jésus lui dit : Laisse les morts ensevelir les morts, mais toi, suis-moi et annonce la bonne nouvelle de Dieu 1).

Remarques.

1) De nouveau deux significations ; l’une : tous les soucis de ce monde, même les plus importants, comme les funérailles, ne sont que des œuvres de mort et de ténèbres. La vie n’a qu’une seule œuvre : la vie, la propagation de la vie. L’autre signification, et la plus importante, est celle-ci : Pour celui qui vit de la vraie vie, il n’y a pas de mort.


Εἶπε δὲ ϰαὶ ἔτερος, Ἀϰολουθήσω σοι, ϰύριε· πρῶτον δὲ ἐπίτρεψόν μοι ἀποτάζασθαι τοῖς εἰς τὸν οιϰόν μου.