Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol22.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Remarques.

1) Παρὰ ici, avec le datif, signifie : dépendant du jugement de quelqu’un (i Pierre, ii, 20 ; Rom., ii, 13 ; Gal., iii, 11, etc.) Cette signification est particulièrement nette avec le mot Θεῷ, avoir le pouvoir, la possibilité. À ses disciples, qui jugeaient cela impossible, Jésus dit : Selon les hommes, juger est impossible ; mais, selon Dieu, tout est possible.


L’idée de l’entretien est celle-ci : Un homme riche et important s’approchant de Jésus lui dit : Tu es maître du bien et du bonheur ; alors dis-nous quel bien et quel bonheur tu enseignes ?

Jésus répond : Ce n’est pas le bien et le bonheur que j’enseigne, seul Dieu-Père est bon et heureux. Moi j’enseigne la vie ; comment recevoir la vie. Pour recevoir la vie il faut observer les commandements, et, sauf les anciens : tu ne tueras point, tu ne commettras point l’adultère, encore celui-ci : Respecte Dieu afin d’aimer le prochain comme toi-même.

L’homme riche dit : J’accomplis tous ces commandements. Jésus répond : Si tu exécutais les deux derniers commandements ou au moins le dernier seul, tu n’aurais point de propriété.

Si tu observais fidèlement le commandement d’aimer ton prochain comme toi-même, tu n’aurais rien à toi ; tu aurais déjà tout distribué à ceux